Rio: Il est 5h… Skali s’eveille !!

bandeau_vendredi30

Ici Rio :

Le timing prévu pour la mise en ligne (et même la rédaction) de l’article de Vendredi 30 Avril a été retardé. Ici , il va être plus difficile pour moi de faire l’article du jour le soir même étant donné que j’ai 5h de retard par rapport à la France. Donc au moment où je rédige cet article, il est 0h15 à Rio et il est 5h16 à Montpellier J

Je lutte contre la fatigue et débute la narration « rapide » vous me le pardonnerez de ce vendredi, et vous me pardonnerez aussi les fautes d’orthographe et de conjugaison.

Ce que je dois dire en premier, c’est que plus il m’arrive de mésaventures et plus ça me facilite la tâche le soir pour avoir quelque chose d’amusant à vous raconter qui peut vous tenir en haleine dans ces quelques paragraphes. J’en connais d’ailleurs  qui prendront un malin plaisir (amical bien-sûr) à se réjouir de mes malheurs et j’attends d’ailleurs leurs commentaires..

Mon dernier article vous annonçait que j’étais probablement au dessus de la France… et donc tout s’est  bien passé de ce côté-là. J’ai juste à rajouter que, 3h avant le décollage de l’aéroport de Montpellier, j’ai du aller en urgence chez le dentiste pour réparation express d’une dent à dévitaliser et quelques carries à reboucher.

Bref, le voyage se déroule plutôt bien, l’avion pour Rio est presque vide et je me retrouve avec les 3 sièges juste pour moi pour dormir bien allongé avec les 3 petits oreillers égalements. Ca aurait pu être moins agréable, car une gentille dame au début s’était installée à côté de moi, seulement elle sentait un peu le placard renfermé depuis une centaine d’année. Donc tout s’arrange, elle change de place d’elle-même et tout se passe bien. Les dix heures de vol passent vite et par le hublot je vois des nuages de mousse à raser qui flottent dans les airs… Il fait encore nuit lorsque nous arrivons à 5H du matin heure locale (d’où le titre de l’article), la vue de la baye de Rio est… invisible. L’aéroport de Rio est situé au ras de l’eau, ce qui fait que l’on a vraiment l’impression que l’on vat tomber dans l’eau à l’atterissage (que les passagers applaudissent, ça je ne comprends toujours pas).

Premier coup de stress :

La gentille hotesse vient me voir avant l’ouverture des portes pour me dire qu’elle est au regrès de m’annoncer que ma valise n’est pas dans l’avion. Elle me conseille en arrivant d’aller directement au service des bagages. Ca m’enerve un peu mais je reste zen, je suis les recommandations et heureusement je récupère ma valise comme si de rien était…

A l’arrivée, je suis accueilli par Renato et son ami Gabrielle, c’est eux qui me reçoivent et qui ont organisé tout le séjour. Rénato est le distributeur de Powerslide, comme je l’ai dit dans l’article précédent.

Sans trainer, nous commençons la journée marathon de la vidéo et photo de roller à Rio.

Après Tokyo, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour préparer les lieux de tournage de Rio, mais Rénato s’est occupé de tout et il a fait ça comme un pro. Nous filons donc sur un petit spot (graton) avec en arrière plan le pain de sucre où j’enchaîne des figures assez facile et curieusement mes figures plus difficiles passent assez bien (peut-être l’habitude des sols pourris qui se fait).

Un de leurs amis se joint à nous le temps de la séance vidéo et nous le retrouverons normalement demain.

Une fois toutes les images réalisées, nous allons manger un petit quelque chose dans une sorte de station service : au menu des petits begnets ou quelque chose qui y ressemble et bien-sûr une bouteille d’eau.

Nous enchainons ensuite pour tenter d’aller en haut du pain de sucre, mais il y a trop de touristes donc on remet ça à Lundi matin car en plus le beau temps est annoncé.

Renato propose maintenant d’aller filmer ou prendre des photos de l’autre côté de l’endroit où nous avons filmé le matin et en profiter pour aller voir un musée au design plutôt futuriste et réussi.

Après une bonne heure et quelques gouttes de pluie, nous repartons pour manger un repas complet dans un restaurant ou l’on mange au poids. C’est-à-dire que l’on a une assiètte, on se sert de ce que l’on veut et on paye en fonction de la quantité. C’est original et assez bon, je vous ferai une photo un autre jour, pour l’occasion je n’avais pas pris l’appareil à cause de l’encombrement et du rechargement de la batterie.

On enchaîne ensuite avec le magasin de roller (X-skate) de Rénato, le plus petit des deux magasins qu’il possède. Nous prenons des photos et je slalome juste devant, le visuel est assez sympa pour un shop, le sol un peu moins mais ce n’est plus un problème ^^.

Nous finissons avant la nuit par une balade sur Ipenama beach, la deuxième plage la plus réputée de Rio de Janeiro et cela me permet d’avoir un des plans de coupe que je voulais dans ma video.

La nuit tombe, nous allons poser la caméra à l’hotel pour charger la batterie et vider la carte mémoire ensuite nous allons manger dans un autre réstaurant au kilo (celui où on mange au poids) avec une ami de Rénato et Gabrielle, qui n’est autre que la présidente du club de roller local. Elle m’offre d’ailleurs le premier tee-shirt nouvelle version de leur club (http://www.gangdospatins.com.br/ )

La soirée se termine sur une terrasse devant la plage avec une petite bière (tradition d’hospitalité oblige).

De retour à l’Hotel, je commence ensuite mon article que je m’empresse de poster.

La journée a été bonne, le temps un peu moins, mais je sens que je vais voir beaucoup de choses, si j’arrive à tenir…

A demain 🙂

Be Sociable, Share!

5 commentaires pour “Rio: Il est 5h… Skali s’eveille !!”

  1. Sophie dit :

    Malgré la fatigue, tes photos sont déjà très jolies!
    Bisous

  2. ginic dit :

    la 1ère photo de l’article et la 2e photo du pain de sucre sont très vivantes et impressionnantes…Essaie de récupérer un peu si tu veux tenir les 10 jours. »si tu vas à Rio, n’oublie pas de monter là-haut… » Tchatchao.Vu,Sof…

  3. bebel dit :

    « …que les passagers applaudissent, ça je ne comprends toujours pas) »

    Salut Skali,
    moi qui travaille chez AIRBUS dans le calcul de structure, avec du recul et de l’expérience, je peux à la limite les comprendre. Ils évacuent tout simplement un stress en eux. Ils s’imaginent que poser un avion qui vole à 250km/h pour atterrir avec un manche dans les mains, c’est à chaque fois un exploit….. Mais c’est totalement faux. Tous les avions « récents » sont tous assistés pour décoller, voler, et atterrir. Et ça ne tient pas de l’exploit. Mais les gens ne s’imaginent pas tout l’armada de prouesses, de contraintes techniques, réglementaires et de calculs scientifiques qu’il a fallu pour faire un avion.
    Moi j’ai plus confiance en l’avion qu’en voiture ou en train….

    Sinon belles images et bon articles. ça à l’air vraiment sympa le brésil….

    A++ bebel

  4. pascal dit :

    hello guillaume, te voilà pris dans ton tour des sols difficiles, pour 2011, prévoies donc un tour des spots parfaits pour le roller!
    comme quoi l’entraînement dans la difficulté donne des performances aisées!!!
    tu vois où peut donc mener l’entraînement, il va falloir refaire une vidéo!
    cela fait du bien de te suivre en globle rollerman, tes photos sont très sympas et on attend la suite bien sûr, n’attends pas la fin de ton voyage pour nous présenter tes guides.
    le conseil du clown, si tu as des pbs de tendinite, tes dents te donnent des pistes. bois donc de l’eau, non fermentée au houblon.
    @+

  5. skali dit :

    coucou

    avant une petite sièste à l’hotel je passe vite fait sur le blog pour remercier des coms 😉

    Aujourd’hui, samedi 1 mai, il fait super beau et super chaud, l’article de ce soir devrait avoir de belles photos 🙂

    à bientot, je vais récuperer un peu.

Laisser un commentaire